POLITICS

Pourquoi l’interdiction du prénom “Fañch” n’est pas acceptable

Pourquoi l’interdiction du prénom “Fañch” n’est pas acceptable

L’interdiction du prénom “Fañch” n’est pas acceptable. C’est ce qu’avait compris la mairie de Quimper, après un week-end de réflexion :
“Il n’y a, à nos yeux, aucune raison, qu’elle soit juridique ou humaine, pour que Fañch soit privé du tilde qui orne son prénom. Ce n’est ni accessoire, ni anodin.”
C’est ce que devrait comprendre même le plus crétin des imbéciles. Mais c’est ce que ne veut pas comprendre l’Etat français.
D’où vient cette interdiction et pourquoi est-elle inacceptable ?

De la régénération des Juifs à l’interdiction du prénom « Fañch »

De la régénération des Juifs à l’interdiction du prénom « Fañch »

Vendredi dernier, le service de l’état-civil de la Ville a informé la famille, comme il était de son devoir de le faire, de l’existence d’une circulaire en date du 23 juillet 2014 émanant du ministère de la Justice et faisant obstacle à l’emploi du tilde alors même que chacun sait ici que cet accent est indissociable de ce prénom breton. D’autres fondements juridiques sont heureusement plus pertinents et solides qu’une simple circulaire. En premier lieu, l’article 75-1 de la Constitution de la République française proclame que les langues régionales sont reconnues comme appartenant au patrimoine de la France. De même, l’article 57 alinéa 2 du Code civil, issu de la loi du 8 janvier 1993, consacre le principe de libre choix du prénom par les parents. Dans le même esprit, la Cour européenne des Droits de l’Homme affirme que le choix du prénom revêt pour les parents un caractère intime et affectif et entre par conséquent dans la sphère de la vie privée.

Communiqué de la municipalité de Quimper (le 15 mai 2017)

Courte lettre aux élus bretons

Courte lettre aux élus bretons

Comme vous le savez peut-être, j’ai publié un livre intitulé La domination française. Ainsi que l’avait dit et montré il y a plus d’un siècle Léopold de Saussure, la domination française s’exerce par l’assimilation, et cette politique d’assimilation remonte à la révolution française.

A propos de la domination française

A propos de la domination française

Pénétrée de cette idée consacrée par la Révolution, qu’il existe une formule absolue pour faire le bonheur des peuples, formule indépendante des temps et des lieux, la France s’attribue la mission d’en hâter l’avènement chez ses sujets. Elle est persuadée que sa gloire et ses intérêts sont également liés à la réalisation de cet idéal et l’assimilation morale des races les plus hétérogènes sur lesquelles elle a étendu sa souveraineté lui apparaît non seulement comme le but, mais surtout comme le moyen de sa domination. […] l’assimilation reste le but constant de nos efforts.

Léopold de Saussure

Lettres aux socialistes bretons

Lettres aux socialistes bretons

Pour liquider les peuples, disait Hübl, on commence par leur enlever la mémoire. On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire. Et quelqu’un d’autre leur écrit d’autres livres, leur donne une autre culture et leur invente une autre Histoire. Ensuite, le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est et ce qu’il était. Le monde autour de lui l’oublie encore plus vite.
– Et la langue ?
– Pourquoi nous l’enlèverait-on ? Ce ne sera plus qu’un folklore qui mourra tôt ou tard de mort naturelle.

Milan Kundera – Le livre du rire et de l’oubli

Portrait du jacobin

Portrait du jacobin

Un Jacobin raisonnant autant qu’on le lui reproche serait accessible quelquefois à la voix de la raison. Or, une observation, faite de la Révolution à nos jours, démontre que le Jacobin, et c’est d’ailleurs sa force, n’est jamais influencé par un raisonnement, quelle qu’en soit la justesse. […] La mentalité jacobine se rencontre surtout chez les caractères passionnés et bornés. Elle implique, en effet, une pensée étroite et rigide, rendant inaccessible à toute critique, à toute considération étrangère à la foi. […] Ce n’est pas, on le voit, par le développement de sa logique rationnelle que pèche le Jacobin. Il en possède très peu et pour ce motif devient souvent fort dangereux. Là où un homme supérieur hésiterait ou s’arrêterait, le Jacobin, qui met sa faible raison au service de ses impulsions, marche avec certitude. […] Avec ces 3 éléments : raison très faible, passions très fortes et mysticisme intense, nous avons les véritables composantes psychologiques de l’âme du Jacobin.

Gustave Le Bon

Qu’est-ce que le socialisme français ?

Qu’est-ce que le socialisme français ?

Souvent, en pensant aux écrivains les plus illustres qui ont éclairé la France, dont ils ont fait la gloire, je me suis consolé de la persécution que j’éprouve, par l’idée, bien propre à m’enorgueillir de mes malheurs, que s’ils avaient été mes contemporains, ils auraient éprouvé le même sort. Comme nous, s’ils n’eussent pas émigré sur quelque terre hospitalière où la vertu jouit en paix d’une honnête liberté, Montesquieu, J. J. Rousseau, Mably, eussent été condamnés à mort ; ils eussent péri tous sur l’échafaud, aux grands applaudissements de la populace de Paris ; et bientôt toute la France hébétée n’eût pas manqué de répéter que Montesquieu, J. J. Rousseau, Mably, étaient des contre-révolutionnaires, des agents des puissances étrangères, des fédéralistes, des royalistes, des traîtres.

Buzot

Rights of Man

Rights of Man

Paine, an English-born immigrant to America, became one of the most eloquent and important voices championing the cause of independence for the colonies, and then, as revolution brewed in France, he became an influential advocate of the revolutionaries’ cause as an essayist and activist in Paris and London. A master of the English language, Paine fervently believed in the potential of Enlightenment liberalism to advance the cause of justice and peace… He was a brilliant and passionate advocate for liberty and equality.

Yuval Levin

« Paine, un immigrant d’origine anglaise en Amérique, devint l’une des voix les plus éloquentes et importantes à soutenir la cause de l’indépendance pour les colonies, et ensuite, alors que la révolution fermentait en France, il devint un défenseur influent de la cause des révolutionnaires comme essayiste et activiste à Paris et à Londres. Un maître de la langue anglaise, Paine croyait ardemment dans le potentiel du libéralisme des Lumières pour faire avancer la cause de la justice et de la paix… C’était un brillant et passionné défenseur de la liberté et de l’égalité. »